Jean Reverdy

Sortir en Ile-de-France : Portrait du peintre Jean Reverdy en 2012

Jean-Claude Reverdy, dit Jean Reverdy, est né en France en 1942.

Peintre et dessinateur, il vit et travaille dans le Roussillon.

1955-60

  • Apprenti-boucher, il dessine des personnages, des visages, avec du charbon de bois, sur des murs et des cartons. Dessine aussi des grilles qu’il colorie parfois.

 

1960

  • Rencontre André Trébuchet, peintre, qui lui conseille d’aller à Paris et de se     présenter au concours des Beaux-Arts.

  • En octobre 1960 rentre à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, et à l’atelier de Roger Chastel en 1962. Elève jusqu’en 1965, Diplôme Supérieur d'Arts Plastiques.

 

1961-65

  • Fréquente régulièrement le Louvre, étudie Mantegna et son système de construction.  Préoccupé par la représentation du visage. Peint des portraits, auto portraits et toujours des personnages dans des situations quotidiennes. Dessine et trace toujours des grilles.

 

1966-69

  • S’installe dans l’Oise.

  • Cherche toujours un système de construction pour la représentation de la figure humaine. Etudie Cézanne.

  • Professeur d’arts plastiques à l’éducation nationale jusqu’en 1973.

 

1970

  • Commence une série d’études pour le portrait d’un interné, un ami qu’il rencontre chaque semaine à l’hôpital psychiatrique.

 

1971

  • Découvre le travail d’Agnès Martin, dessins de grilles, travail dans lequel il trouve une résonance.

  • Voyage en Mauritanie avec le prix du Ministère de la Coopération, acquisition d’une œuvre dans la série des Déserts.

  • Prix de l’Académie des Beaux-Arts.

 

1972

  • Reçoit un choc en découvrant un auto portrait d’Antonin Artaud.

  • Arrêt de la série de l’Interné ne pouvant plus peindre d’après des êtres humains. Il se rend régulièrement au Jardin des Plantes à Paris pour étudier un chimpanzé et un gorille. Suite des Singes Encagés.

 

1973-1975

  • Attiré par la peinture espagnole Velasquez, Goya, Greco), peu représentée alors au Louvre, il se présente au concours de la Casa de Velasquez, Madrid. Obtient une bourse pour un séjour de deux années.

  • Rencontre Mohlitz graveur qui lui donne un burin et une plaque de cuivre et l’encourage à graver. Premières gravures.

  • Découvre l’œuvre gravée de Morandi et son système de trame qu’il étudiera plus particulièrement. Suite Intensité – Densité (trames).

  • Suites Bolonia et Escurial, travail du paysage.

 

1974

  • Séjour à Séville. Etudie Zurbaran et le tableau « L’entretien de Saint Bruno et du Pape Urbain II ».

  • Continue le travail du paysage.

 

1975

  • Espaces – suite de peintures, articulation d’espaces différents qui en forment un seul. Collaboration avec Michèle Reverdy, compositrice.

  • Parallèlement poursuivant son travail sur la figure avec des personnages en situation, il produit un travail expressionniste abstrait –minimaliste Grilles-Trames qu’il grave.

  • Publication de l’essai d’analyse d’un tableau de Zurbaran « L’entretien de Saint Bruno et du Pape Urbain II » dans Mélanges de la Casa de Velasquez, C.N.R.S.

  • Suite Identité – Figure, suite de peintures dans lesquelles une figure encore lisible disparait, les peintures devenant monochromes. Collaboration avec Michèle Reverdy compositrice.

  • Prix Wildenstein.

1976

  • Galerie Yves Brun Paris exposition de la série l’Interné dans le cadre de l’Aide à la Première Exposition, Ministère des Affaires Culturelles. Catalogue L’Interné avec texte de Jean-Luc Chalumeau.

  • Découvre l’œuvre de Michaux à l’exposition le Point Cardinal. Un choc.

 

1977

  • Suite « Masse, monticule, butte, amas, tas . . . ». Dès 1976 et pendant un an il dessine dans une carrière un monticule sous toutes ses orientations et son ensoleillement. Quarante dessins au fusain seront exposés à la Galerie Claude Renaud Paris, articles de Jean-Marie Dunoyer Le Monde, et Jean-Jacques Lévêque Nouvelles Littéraires et Galerie Jardin des Arts.

  • A la demande de Christian Bonino pour l’Atelier des Beaux-Arts de Creil, créa un atelier de gravure et y enseignera jusqu’en 1987.

  • Fondation Rothschild, Aide à la première exposition bilan 1972 – 1977.

 

1978

  • Anthropomorphe en déplacement – suite de grands fusains d’un chimpanzé dans un espace géométrique rigoureux.

  • Horizon Jeunesse, J.J. Lévêque Grand Palais.

  • Musée du Luxembourg.

  • Dessins Contemporains, Drouot Rive Gauche.

 

1979

  • Essaie de combiner le système grille-trame avec la représentation d’une femme – espace figuratif. Suite Dracaena

  • Exposition Peindre et le Réel, Musée des Beaux-Arts Chartres.

 

1980

  • S’installe dans un nouvel atelier à Paris.

  • Imagine une micro société qu’il appelle Wapi dont il conçoit une écriture et des rites. Un ensemble de tissus peints, bas-reliefs bois polychrome, et des objets. Exposition Atelier 11 en 1983.

  • Exposition Anthropomorphes Galerie France Bordeaux.

  • Musée St Croix, Poitiers.

 

1982

  • S’intéresse au suprématisme, particulièrement Malevitch. Notes de travail il étudie les icônes au Petit Palais.

 

1983

  • Poursuit le travail des trames/grilles, il développe en gravure un travail minimaliste, formes géométriques simples et une recherche densité/couleur, Vertical Water, sous le pseudonyme Vi Dryer.

  • Parallèlement continue à dessiner de façon obsessionnelle des personnages en situation. Personnages errants.

 

1984-85

  • Série de Portes et Croix – fusains, sanguines.

  • Série Infinity.

 

1986

  • Part s’installer dans le Loiret. Travail quotidiennement sur le motif avec Fiona, peintre et sa compagne. Bords de Loire, forêt d’Orléans, étang de Corcambon, dont l’aboutissement sera une réflexion sur l’idée de l’artificiel et la représentation.

1987-88

  • Still Life, suite bâtie à partir de la perception d’objets groupés en couple et qui porte sur la perception de la présence/absence.

  • Exposition de Still Life à la Maison de la Culture d’Amiens 1988. Texte de Da Costa.

  • Contenant – Contenu, des ensembles de boîtes et colonnes en bois assemblées ou non avec des vases en biscuit de faïence.

1991-93

  • Commence à écrire la vie d’une femme pendant les années 30 en Allemagne, ce qui réveille le besoin de dessiner des personnes se déplaçant. Suite Anna S, Scènes de la Vie Ordinaire. Premiers dessins et peintures de Soldats.

  • Suite des Soldats, Anna S.

  • Halle Tony Garnier, Lyon Still Life.

 

1994

  • Réalise un ensemble de gravures à caractère expressionniste – pointe sèche, gravure sur bois Le Monde Biais

  • Ensemble de 30 gravures Mairie de Cournon, 3ème Triennale Internationale de l'Estampe de Chamalières.

  • Galerie Alias, Paris, gravures.

 

1995

  • Les Disparus suite de monotypes – Vi Dryer. 4ème Biennale du Monotype, Miramas.

  • Suite Personnages Errants.

 

1996

  • Retour à Paris. Rompt avec son travail antérieur. Reprend le paysage, un ensemble de peintures à caractère abstrait River.

  • Entreprise Hewitt Associates UK - acquisition suite de peintures sur papier Still Life.

  • Exposition Variations 96 Centre Valery Larbaud, Vichy - il expose avec Eric Bénédet : gravures ; Reverdy : peintures L’Homme au chapeau, Elven.

  • Suite de portraits.

 

1997

  • Installé dans un atelier du 11ème arrondissement de Paris, il dessine des scènes nocturnes inspirées des cafés de la rue Oberkampf. Il peint une série Oberkampf dont cinq toiles de 2m x 1.5m couvriront les murs d’un nouveau café-dance du quartier. Ce travail était l’aboutissement de celui commencé avec Anna S en 1991.

  • Hewitt Associates UK  - pour ses nouveaux locaux, l’entreprise acquiert l’ensemble de la série River.

 

1998-99

  • Poursuit la série des Disparus qui est aussi la reprise d’un travail commencé en 1970 Identité.

  • Exposition Fondation Hewlett Packard, Grenoble.

2000

  • Reprend travail du paysage River, suite Corps et Paysage.

 

2001

  • S’installe dans le Vallespir, Pyrénées Orientales. Travaille d’après nature – micro paysage à partir du flanc de la montagne.

  • Expose suite Corps et Paysage et River chez Elizabeth et Norbert Coulange, Paris.

 

2002

  • Barcelone. La vision de l’Infante Marie-Marguerite de Velasquez le plonge à nouveau dans sa fascination pour sa peinture ; Il peint une série de tableaux inspirés par les Ménines.

  • Exposition Château de l’Hoste, Midi Pyrénées.

2003-05

  • Poursuit son travail d’après nature. Micro paysage, peintures et dessins.

  • Amour Nu exposition Atelier 8, Bagnolet – série Guetteur, texte de Denis Hirson.

 

2006-07

  • Se réinstalle à l’atelier de Bagnolet. Retourne régulièrement au Louvre, étudie Poussin et Chardin. Il peint une série de natures mortes et dessine toujours des scènes de la vie ordinaire et des soldats surgissent à nouveau.

  • Rencontre Catherine Redelsperger qui viendra régulièrement voir le travail en train de se faire et commence   à écrire en résonance avec sa peinture.

  • De ses séjours dans l’Oxfordshire UK, il réalise une suite de paysages en noir et blanc Ophelia. Reprend en parallèle un travail plus conceptuel minimaliste. Etudie à nouveau le suprématisme et Malevitch. Notes de travail commencées en 1982, reprend les études des icônes.

  • Hooky, vitrail porte d’entrée Hook Norton, UK.

 

2008-10

  • Série de dessins Personnages marchant dans la rue.

  • Pierre et non Pierre – série d’œuvres inspirées par le recueil de poèmes de Jean-Paul Guibbert.

  • Objets – formes en papier mâché Les Chriens.

  • Scènes nocturnes avec des personnages. Tonique.

  • Série Rabbit – les lapins, sorte d’animal archétypal.

  • Natures mortes Pomme Poire.

  • Portraits.

  • Diablerie – installation in situ, lieu-dit Tonique Lot et Garonne, 2009. Petits diables – anges – fresque- sculpture – poteaux bois – miroirs – lumière.

 

2011

  • Mort de son père – inlassablement dessine le visage et le corps d’un homme dans le coma, suite de grandes peintures.

 

2012-14

  • La reprise d’un travail plus théorique, abstrait, géométrique l’aide à sortir d’une période de grande tension. Séries Rites, Officiants, Nuntio, Formes émergentes.

  • Natures mortes Boîtes.

  • Poursuit le travail Rabbit.

  • Sept planches encre/gouache pour sept poèmes de Charles-Olivier Stiker-Métral.

 

2015

  • Termine la série monochrome initiée en 1983, densité/couleur, Vertical Water – nouvelles séries Serendib, Approchant, Formes Verticales.

  • Séries Fugitifs, L’homme qui court, Avaleur, Agression.

  • Atelier 8, Bagnolet – exposition Abstraction - Figuration.

  • Visite d’atelier de Pierre Bongiovanni.

 

2016

  • Pierre Bongiovanni l’encourage à montrer son travail exprimant des visions de femmes et d’hommes errants, et lui propose de participer à une exposition en 2017.

  • Séries Fugitifs, Nada, Exode.

  • Rencontre photographique Natacha Sibellas & François Berrué

 

2017

  • S’installe dans le Roussillon.

  • Publication par les Editions Des Filles Normales du livre Myxomatoses avec les écrits de C. Redelsperger et dessins J. Reverdy, postface Vincent Mignerot design Natacha Sibellas, chromie François Berrué.

  • Participe avec une vingtaine de tableaux à l’événement organisé par la Maison Laurentine, Ordinaire du désastre Permanence de la joie, direction artistique Pierre Bongiovanni, à l’Expédition, Châteauvillain.

2019

  • Participe à l'exposition "Une chose apparaîtra" organisé par la Nouvelle Laurentine, directeur artistique Pierre Bongiovanni, l’Expédition, Châteauvillain.

2020

  • Participe à l'exposition "Voluptés" organisé par la Nouvelle Laurentine, directeur artistique Pierre Bongiovanni, l’Expédition, Châteauvillain.

LIENS

© 2018.

  • Facebook Basic Black
  • Black Instagram Icon